Votre contact

Départements : 14, 22, 27, 29, 35, 44, 49, 50, 53, 56, 61, 72, ,76, 85

Président :
M. Philippe CHOQUET

Secrétaire Général :
M. Xavier DUVAL

Adresse :
7 rue Armand Herpin Lacroix - CS 73902
35039 Rennes
Cedex

Coordonnées :
Tél. : 02 99 35 28 45
Fax : 02 99 35 05 15
ouest@scopbtp.org

En bref

Le 14/03/2014 - Il quitte le milieu de la musique pour devenir maçon

Cédric Collet conduit Terabita, une Scop d'éco-construction, avec des associés qui partagent ses conceptions du bâtiment.

Cédric Collet était un acteur des musiques actuelles en Sarthe. Domaine qu'il a quitté pour créer une entreprise d'éco-construction.

Batteur de jazz très branché world music, Cédric Collet, 39 ans, avait tout d'une encyclopédie du rythme. Il fait ses armes dans plusieurs groupes, de la radio (chez Alpa), s'investissant toujours plus dans la musique. Jusqu'à organiser des concerts avec la regrettée association Ekzeko, oeuvrant pour la diffusion des musiques du monde. Dans le même temps, il cumule fac d'histoire, par passion, et job de pion en internat, pour casser la croûte. Mais toujours les pieds dans le son.

Début des années 2000, Cédric prépare un Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en direction de projet pour les musiques actuelles, à la fac de droit d'Angers. Dur... Pas d'argent. « Mais révolution dans ma tête ! Dans l'approche des musiques actuelles, par rapport au Mans. En m'apercevant que ça se développe plus quand on laisse faire les zicos. »

Il est pris en stage chez Bebop. En plein mouvement des intermittents... « Je m'emballe, je milite... Mais je ponds aussi le recensement des groupes en Sarthe. Et m'aperçois qu'il y en a plein, peu de salles pour répéter, que ça représente une vraie économie. La base de mon mémoire de DESS. Bruno Leroy, de Bebop, pour qui j'ai bossé trois ans, me permet de monter le Crim (NDLR : Centre ressources infos musiques). Je m'investis dans la création du Silo, les locaux associatifs de répétitions... »

Cédric est satisfait par la réalisation de ces beaux projets. Mais ne sent pas la suite, craignant certaines pesanteurs... Et sa santé posant problème, il décide de partir. Chômage. « Comme j'avais acquis une vieille bâtisse à la campagne, que je la retapais et adorais la pierre, j'ai aussitôt décidé de monter une boîte. »

CAP de maçon obligatoire, un an de formation au Greta. « Le lendemain de mon diplôme, on ouvrait l'entreprise ! » Avec des associés qui partagent ses valeurs. Terabita est lancée, en 2009. D'abord chez lui, directement sous statut de Scop (Société coopérative de production), puis trois plus tard, à la ZA de Chanteloup, à Rouillon. « Tout de suite dans la rénovation et la construction de maisons écologiques. Avec l'isolation comme cheval de bataille. Question d'économie d'énergie, de pouvoir d'achat. » Car ses galères personnelles lui ont donné les premières leçons du métier...

Il a cependant gardé de son passé musical « les notions de groupe et d'élaboration d'un projet collectif. »

Voir l'article sur le site de Ouest France

Retour à la page de la Fédération Ouest
separateur


Accès rapide espace adhérent

Pour accéder à votre espace adhérent, cliquez sur le bouton ci-dessous :