Votre contact

Départements : 14, 22, 29, 35, 44, 49, 50, 53, 56, 61, 72, 85

Président :
M. Philippe CHOQUET

Secrétaire Général :
M. Xavier DUVAL

Adresse :
7 rue Armand Herpin Lacroix - CS 73902
35039 Rennes
Cedex

Coordonnées :
Tél. : 02 99 35 28 45
Fax : 02 99 35 05 15
ouest@scopbtp.org

En bref

Le 19/11/2014 - CMEG. L'entreprise du bâtiment qui vote la démocratie

Le 1er Forum d'économie sociale et solidaire s'est déroulé, hier, au Centre des congrès. Des entreprises aux modèles atypiques sont venues témoigner. Dont la Scop Coopérative métropolitaine d'entreprise générale. Entretien avec  Jérémie Deal, directeur des ressources humaines de Coopérative métropolitaine d'entreprise générale (CMEG), située à Bretteville-l'Orgueilleuse.

Jérémie Deal est arrivé à CMEG en 2006, en contrat professionnel. Aujourd'hui, il est directeur des ressources humaines.

Comment ça fonctionne concrètement ?

CMEG a un fonctionnement démocratique. Sur les 180 employés, 140 sont sociétaires de l'entreprise. C'est au bout d'un an et demi de travail qu'un salarié peut être coopté (admis parmi les associés). Mais la différence avec les entreprises classiques, c'est surtout que l'on ne peut pas faire appel à des actionnaires extérieurs. Et quel que soit le capital investi, le système c'est un homme = une voix. Après, il y a quand même un patron qui prend les décisions. Mais il est élu par les employés pour un mandat de 4 ans.
 

Tout le monde peut donc se présenter pour devenir dirigeant de l'entreprise ?

Tout le monde pourrait le faire. Mais personne ne le fait. Pour diriger une entreprise de 180 employés, il faut avoir les reins solides.
Dans le conseil d'administration, en revanche, on essaie de représenter toutes les fonctions, de l'ouvrier au chef de chantier en passant par le comptable.
 

Quelles pratiques mettez-vous en oeuvre pour intégrer les employés au processus de décision ?

On a eu plusieurs actions ces derniers temps. Ils ont notamment participé activement aux travaux réalisés sur leur lieu de travail.
On a installé les plans dans les ateliers, et eux sont venus positionner leurs idées. C'est autant par souci de gain de productivité que pour leur confort.
Ce n'est pas à moi, dans mon bureau, de décider pour l'atelier. Les salariés ont les clés.
 

Est-ce un modèle qui se développe ?

Notre directeur, Gilles Florentin, est président du réseau Entreprendre. De mon côté, j'appartiens au Centre des jeunes dirigeants d'entreprise (CJD). Le but est d'accompagner des entreprises à se développer, sans prétention, d'apporter nos idées et notre expertise de la Scop.
 

Lire l'article sur ouest-france.fr

 
Retour à la page de la Fédération Ouest
separateur


Accès rapide espace adhérent

Pour accéder à votre espace adhérent, cliquez sur le bouton ci-dessous :