Votre contact

Départements : 14, 22, 29, 35, 44, 49, 50, 53, 56, 61, 72, 85

Président :
M. Philippe CHOQUET

Secrétaire Général :
M. Xavier DUVAL

Adresse :
7 rue Armand Herpin Lacroix - CS 73902
35039 Rennes
Cedex

Coordonnées :
Tél. : 02 99 35 28 45
Fax : 02 99 35 05 15
ouest@scopbtp.org

En bref

Le 04/05/2016 - Depuis 30 ans, Macoretz compte sur l'avis de tous

Basée à Saint-Père-en-Retz (Loire-Atlantique), cette société de bâtiment est structurée en « scop » depuis ses débuts. Signe distinctif : une bonne santé et des ambitions.

La scop Macoretz compte 188 employés, dont 108 sont sociétaires, possédant une part du capital de l'entreprise. Serge Boureau (en bas à droite) en est le fondateur et l'actuel PDG.

C'est une entreprise construite par le collectif. Macoretz fête ses trente ans de coopération et de construction. Sa création remonte à 1986 : « Nous étions tous impliqués dans la vie du territoire, à travers le mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC), les bibliothèques, les associations de parents d'élèves... », raconte Serge Boureau, fondateur et PDG (réélu tous les quatre ans).
Les quatre jeunes ruraux prennent au mot la formule « Vivre et travailler au pays » et créent Macoretz. Une « scop », société coopérative et participative.

Un statut où les salariés sont aussi les actionnaires, où la gouvernance est démocratique - quelle que soit la part du capital, les actionnaires ont une voix -, où les salariés partagent le fruit des réussites et les risques. « Nous savions que nous nous lancions dans un projet qui ne nous appartiendrait pas. »

« Les gens sont reconnus »

Mais rien ne prédisait que les employés adhéreraient à ce concept, en acceptant de devenir salariés entrepreneurs et d'apporter 5 % de leur salaire brut annuel à l'entreprise. « Ils ont le choix de devenir sociétaire ou non, explique Serge Boureau. 74 % des 188 employés l'ont choisi. »

Un fonctionnement qui explique en partie la réussite de l'entreprise, selon Maud Colmard, architecte et animatrice de la commission vie coopérative : « Quand les gens sont reconnus, impliqués, connaissent les résultats, le travail est bien fait. »

Cette réussite est aussi liée à un choix : celui de la croissance. Un point sur lequel insiste Serge Boureau. « Dans les années 1990, nous nous sommes structurés comme entreprise général du bâtiment. Puis, nous avons commencé à réfléchir sur la dimension écologique : bâtiments basse consommation, ossature bois... » Macoretz investit dans un atelier de 1 000 m² et un espace de bureau confortable de 1 600 m². Rachète une entreprise d'aménagement intérieur. Inaugure un magasin tout près de Nantes.

La scop réfléchit même, en ce moment, à se lancer dans le foncier et devenir non seulement aménageur mais aussi promoteur. « Nous pourrions l'être autrement : nous positionner sur l'habitat partagé, dont nous sentons le désir s'exprimer, souligne Serge Boureau. C'est dans nos gènes. »

S'interroger, toujours, sur les choix de développement dans la société, les modes de gouvernance et de participation (le projet d'entreprise est réinterrogé tous les quatre ans). Cette remise en cause perpétuelle a contribué à l'édification de Macoretz. Au point que son modèle soit aujourd'hui très actuel. « La scop permet de donner du sens au travail, là où les gens en ont besoin. »

La coopération demande aussi beaucoup d'énergie pour que les décisions soient partagées. « L'enjeu, c'est l'adéquation avec le rythme accéléré de l'économie », indique Maud Colmard. Il faut peut-être « une dose d'utopie » pour croire en la pérennité d'un tel projet. « On ne va pas tout révolutionner, on reste une goutte d'eau mais moi ça me va bien », sourit Serge Boureau.

Lire l'article sur le site ouest-france.fr

04/05/2016

Retour à la page de la Fédération Ouest
separateur


Accès rapide espace adhérent

Pour accéder à votre espace adhérent, cliquez sur le bouton ci-dessous :