Votre contact


Départements : 09, 11, 12, 30, 31, 32, 34, 46, 48, 65, 66, 81, 82

Président :
M. Patrick ROUAIX

Secrétaire Général :
Mme Véronique MALECKI

Adresse :
Parc du Canal, Napa Center
Bât A
3, rue Ariane
31520 Ramonville st Agne

Coordonnées :
Tél. : 05 61 00 20 18
sudouest@scopbtp.org

En bref

Le 05/06/2013 - La Tournée du Coq en pleine croissance

Rares sont les monuments historiques qui ont échappé au savoir-faire des charpentiers de La Tournée du Coq. Basée à Fonsorbes, près de Toulouse, la Scop gagne désormais l’urbanisme toulousain et l’architecture contemporaine. Elle s’attaque au premier bâtiment à énergie positive en Europe, le siège d’Ecocert à l’Isle-Jourdain dans le Gers.

La Tournée du Coq, coopérative de charpentiers-couvreurs installée à Fonsorbes (31), est entrain de réaliser le plus grand bâtiment à énergie positive bois-paille d’Europe, le siège d’Ecocert, à l’Isle Jourdain dans le Gers. Dans le même temps, elle termine la toiture de la Halle de Grenade en Haute-Garonne, celle de la chapelle des Templiers à Aragnouet dans les Hautes-Pyrénées, après avoir réalisé celles de la cathédrale Saint-Etienne et de l’église des Jacobins à Toulouse. 

Faire la liste du patrimoine rénové par La Tournée du Coq reviendrait à éditer un ouvrage sur les monuments historiques en Midi-Pyrénées. Voire deux ouvrages : le second serait consacré aux maisons bois, et à l’architecture contemporaine qui a réussi à se faire une place dans un carnet de commandes qui ne désemplit pas.?

La Scop, un modèle économique gagnant??

Cette entreprise montée en Scop en 2004 a pour premier client les Bâtiments de France et comme credo « vivre en travaillant ». Pour son fondateur Rob Day, le schéma de la Scop a fédéré une équipe et est devenue le socle de leur succès. « J’ai été séduit par l’approche économique et très carrée de la coopérative. Elle convient à notre façon de travailler et au métier de La Tournée du Coq. On ne peut pas faire une charpente tout seul ! Dans ces métiers, on se tient les coudes et cela modifie le comportement des gens d’être en possession de leur outil. Et pour la clientèle cela n’a rien changé. » 

Leur statut de Scop, ainsi qu’un volume de commandes trop conséquent qui mettait en danger leur trésorerie, leur a permis en 2010 de lever 215.000 euros auprès des acteurs financiers de l’économie sociale et solidaire : la Nef, le Crédit coopératif, Midi-Pyrénées Actives et Initiatives pour une économie solidaire (IES). La Scop appartient à ses 20 salariés qui réalisent un chiffre d’affaire de 1,7 million d’euros. 

Du château à la maison bois

La Tournée du Coq semble avoir résisté à toutes les tempêtes, même celle de la loi de décentralisation en 2004 qui a éloigné pendant un temps la possibilité pour les Bâtiments de France de faire appel aux charpentiers. « Cette loi a évidé notre carnets de commandes, puisque les Bâtiments de France se sont retrouvés d’un coup sans mandat », se souvient Rob Day. Les châteaux représentaient alors 80% de leur chiffre d’affaires, contre 30% aujourd’hui. Mais qu’à cela ne tienne, les charpentiers en ont profité pour élargir leur domaine de rénovation. Les défis font partie des plaisirs du métier, « en architecture on aime ce qui est impossible ! ». Ils ont été entendus.

 

En 2002, les Bâtiments de France demandent de rénover un ancien moulin à vent à Montbrun-Lauragais. Ils sont les seuls à répondre à l’appel d’offre. « On a accepté, et durant les six mois de chantier, tout le village s’est cristallisé autour de l’objet, que l’on a fêté… six mois durant ! » Ce sera leur premier moulin à vent : un mécanisme en bois, des ailes de 17 mètres d’envergure, des dizaines d’essences de bois différentes. Ils en ont fait depuis leur spécialité. « Cinq cent personnes sont venues pour voir le lancement. C’est une merveilleuse aventure, qui a transformé la silhouette de la ville. » ?? 
Elle est devenue un terrain de choix pour ces hommes habitués aux toits des églises et des cathédrales. Pourtant, dans les années 90, le bois n’était pas en odeur de sainteté dans la Ville rose. « Les urbanistes d’alors estimaient que ce matériau ne cadrait pas avec la tradition toulousaine, ce qui est totalement faux. Aujourd’hui on assiste à l’inverse, on plébiscite la surélévation en bois par rapport à celle en dur. » 

La Tournée du Coq a vu les mentalités se transformer, et le marché du bois s’agrandir. Un marché tiré vers le haut par les maisons d’architectes. Et par la nécessité d’agrandir les espaces quand les prix de l’immobilier interdisent les déménagements. Les maisons bois représentent désormais 30% de leur activité. ? 
 

Voir l'article sur le site de Touleco-Green

Retour à la page de la Fédération Sud-Ouest
separateur


Accès rapide espace adhérent

Pour accéder à votre espace adhérent, cliquez sur le bouton ci-dessous :