La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), la Chambre Nationale des Artisans des Travaux Publics et du Paysage (CNATP), la Fédération Française du Bâtiment (FFB), la Fédération des SCOP du BTP (FNSCOP), la Fédération Nationale des Travaux publics (FNTP), la Confédération française de l’Encadrement – Confédération générale des cadres – Bâtiment et Travaux Publics (CFE-CGC-BTP), la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC), la Confédération Générale du Travail-Force ouvrière (CGT-FO) et la Fédération Nationale des Salariés de la Construction, Bois et Ameublement (FNSCBA-CGT) ont fait savoir hier qu’elles souhaitaient la création d’un Opérateur de compétences (OPCO) de la Construction. 

Les partenaires sociaux espèrent un accord avant le 31 décembre 2018

Depuis le 19 septembre, les partenaires sociaux du Bâtiment et des Travaux Publics ont engagé des travaux préliminaires et oeuvrent pour la création de cet OPCO de la Construction, qui aurait « vocation à rassembler le Bâtiment, les Travaux Publics et les professions liées au secteur de la Construction. » 

Ils souhaitent « ouvrir le champ d’intervention de l’opérateur de compétences à toutes les branches concernées et intéressées, tout en veillant à sa cohérence et à sa pertinence économique » et affirment leur volonté de « mener cette ouverture dans une logique de respect des priorités et des politiques de formation définies paritairement par chaque branche. » 

« L’objectif est de bâtir un OPCO en capacité de développement des compétences des salariés et aux besoins des entreprises, et d’apporter l’appui technique nécessaire aux branches professionnelles » concluent-ils. 

Les partenaires sociaux du Bâtiment et des Travaux Publics espèrent ainsi aboutir à un accord avant le 31 décembre 2018 pour permettre l’agrément du futur OPCO par les pouvoirs publics. Ils demandent également que ces derniers publient rapidement les décrets sur les modalités d’agrément des opérateurs de compétences.