Votre contact

Départements : 28, 37, 41, 45, 75, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95

Président :
M. Jean-Marie KERHERNO


Secrétaire Général :
Mme Lucie FOURCIN

Adresse :
13 rue Abel
75012 PARIS

Coordonnées : 
Tél. : 01 46 28 89 00
Fax : 01 43 42 93 16
parisiledefrance@scopbtp.org


Dossiers


En bref

Le 05/05/2019 - Paris : après l'explosion, l'immeuble de la rue Riquet va partiellement rouvrir

L’immeuble éventré par une explosion il y a trois semaines est maintenant sécurisé. Certains des occupants vont pouvoir réintégrer leur domicile.
Les Charpentiers de Paris ont achevé les travaux d’étaiement ce vendredi. Trois semaines après la terrible explosion qui avait littéralement soufflé un appartement au premier étage d’un immeuble situé à l’angle des rues Pajol et Riquet (XVIIIe) – faisant deux blessés dont un grave – le petit bâtiment sur cour est désormais entièrement « sécurisé ».
 
« Après l’avis de l’architecte de la Préfecture de police (NDLR : qui va s’assurer que la structure du bâtiment sur lequel les pompiers ont posé des capteurs n’a pas bougé), il faut encore qu’Enedis rétablisse l’électricité. Après quoi, les habitants des cages d’escalier C et E, de part et d’autre de l’endroit où l’explosion s’est produite, pourront réintégrer leurs logements », précise l’élu.
 
Le dimanche 14 avril dernier, peu après 22 heures, l’explosion, sans doute due au gaz, avait éventré le petit bâtiment d''habitation au niveau de la cage d’escalier D, en fond de cour par rapport à la rue Riquet.
 
Hébergés à l’auberge de jeunesse
 
Par mesure de sécurité, tous les résidents de l’ensemble immobilier (y compris ceux du bâtiment donnant sur la rue Riquet, éloigné de la zone du sinistre) avaient été évacués. Ils avaient été hébergés pour la nuit à l’auberge de jeunesse de la rue Pajol toute proche.
 
« Les habitants des entrées A et B ont pu revenir une semaine plus tard, le samedi 20 avril », explique Michel, locataire d’un appartement au premier étage du bâtiment B. « Mais à une bonne trentaine de mètres de l’endroit où ça a sauté », précise-t-il. S’il a pu rentrer chez lui relativement rapidement – après une nuit à l’auberge de jeunesse puis une semaine d’hébergement chez son fils en proche banlieue — ses voisins des entrées C, D et E, eux, doivent encore patienter. L’accès à ces cages d’escalier (qui se fait par une allée qui longe le bâtiment) a été barriéré après l’explosion. Il est depuis, surveillé en permanence par deux agents de sécurité.
 
La quinquagénaire toujours hospitalisée
 
Après la réouverture prochaine de l’accès aux bâtiments C et E (mais aussi du parking souterrain de la résidence mitoyenne du 49, rue Pajol dans lequel plus d’une centaine de voitures sont « piégées » depuis trois semaines) restera à reconstruire le bâtiment D dont la façade béante est maintenant couverte de poutres et d’étais.
 
L’enquête ouverte par le parquet pour déterminer les causes de l’explosion n’a pas encore été bouclée. Grièvement brûlée, la quinquagénaire qui occupait le logement où le sinistre s’est déroulé est toujours hospitalisée.
 
05/05/2019

 

Retour à la page de la Fédération Ile-de-France Haute-Normandie Centre
separateur


Accès rapide espace adhérent

Pour accéder à votre espace adhérent, cliquez sur le bouton ci-dessous :